À l'Assemblée Nationale

L’année 2017 s’achève et avec elle, les six premiers mois de mon mandat. Que retenir, six mois après le début de cette législature ? 

Ces premiers mois sont incontestablement des mois d’actions menées sur tous les fronts. A commencer par une (re)composition gouvernementale et parlementaire progressiste inédite, paritaire, qui a fait exploser les clivages partisans traditionnels et qui a permis un renouvellement sans précédent de la et du politique.

Renouvellement des femmes et des hommes qui composent l’Assemblée, mais renouvellement aussi des pratiques politique : nous avons voté l’un des projets de loi les plus ambitieux de la Vème république, la loi de confiance dans la vie politique au terme d’une sessions parlementaire extraordinaire productive et constructive, la plus longue depuis 1986. Six textes majeurs ont été adoptés qui mettent fin aux emplois familiaux, supprime l’IRFM et la réserve parlementaire et renforce l’exigence de probité. C’est un grand pas vers la République exemplaire que nous voulons mettre sur pied.

La marche que nous suivons collectivement est une marche résolument tournée vers l’avant : Le Gouvernement et la majorité parlementaire à laquelle j’appartiens à d’ores et déjà lancé de nombreux chantiers dans de nombreux domaines d’action publique. Qu’il s’agisse du climat, de l’alimentation, du travail, du logement, de l’Education nationale, de l’agriculture ou encore de la Santé, quasiment tous les sujets évoqués lors de la campagne ont été mis sur la table. Plus que jamais, la majorité entend remettre sur pied notre système, qui, dans bien des domaines et à bien des égards mérite une modernisation à la hauteur des enjeux auxquels la France est confrontée.

Parmi les grands travaux de cette première partie du quinquennat, nous avons voté le premier budget du quinquennat ainsi que le projet de loi de financement de la sécurité. En faisant cela, nous avons décidé de mieux rémunérer le travail. Ainsi nous avons amélioré le pouvoir d’achat des salariés et de 75% des indépendants en baissant les cotisations sociales des actifs en contrepartie d’une hausse de la CSG de 1,7%. Pour un salarié au SMIC, cette mesure représentera un gain annuel de 132 € en 2018, puis de 263 € à partir de 2019. Les agents de la fonction publique n’ont pas été oubliés, puisqu’un dispositif sera mis en place à compter du 1er janvier 2018. Nous avons également voté la revalorisation de 20€/mois de la prime d’activité dès 2018, et de 80€/mois à la fin du quinquennat.

Nous n’avons pas oublié, non plus les Français les plus modestes. La solidarité fait partie de nos valeurs. Le minimum vieillesse sera désormais revalorisé de 100 €/mois d’ici 2020. Une première augmentation de 30 € aura lieu au 1er avril 2018 (cela concerne 550 000 personnes) . L’Allocation Adulte handicapé (AAH) sera elle aussi revalorisée. Le montant actuellement de 810 €/mois sera porté à 860 € dès le mois de novembre 2018 puis à 900 € au 1er novembre 2019. Elle bénéficiera à plus de 900 000 allocataires. Le 1er avril prochain, le complément familial sera majoré (montant actuel : 236 €) pour les familles nombreuses les plus modestes. Gain annuel : 201 € par famille. 456 000 familles sont concernées. L’allocation de soutien familial pour les familles monoparentales est-elle aussi revalorisée (montant actuel : 146 € par enfant et par mois). Gain annuel : 72 € par enfant. 756 000 familles et 1,19 millions d’enfants concernés. Le montant maximal de l’aide à la garde d’enfants augmentera de 30% à compter de juillet 2018. Pour une mère seule avec deux enfants, l’aide maximale passera de 463 € à 601 €/mois.

Nous avons également, par le vote, amélioré le quotidien des Français. Ainsi, nous avons voté la suppression progressive d’un impôt terriblement injuste, la taxe d’habitation, pour 80 % des Français. Dès 2018, elle baissera de 30 %. A terme, chaque ménage bénéficiaire fera une économie moyenne de 550 €/an. La réforme préservera l’autonomie financière des collectivités qui ne seront pas impactées. De la même façon, vaccination obligatoire est étendue, pour une meilleure prévention des maladies infectieuses. Au 1er janvier 2018, le nombre de vaccins obligatoires passera de 3 à 11, en ajoutant les 8 vaccins actuellement recommandés.

Nous n’avons pas, non plus, oublié les agriculteurs. Entre le 31 août et le 27 novembre 2017, près d’une soixantaine d’ateliers ont été organisés dans de nombreux départements très divers dans le cadre des Etats Generaux de l’Alimentation auxquels j’ai pris part. Ces rencontres et échanges ont été organisés autour des multiples problématiques auxquelles sont confrontées l’agriculture et l’alimentation aujourd’hui : création et répartition de la valeur, structuration des filières, préservation du foncier agricole, circuits courts, lutte contre le gaspillage alimentaire… L’objectif est simple : proposer un modèle nouveau de notre agriculture pour permettre de créer de la richesse, mieux répartir cette valeur, permettre aux agriculteurs de vivre dignement du fruit de leur travail, tout en faisant la promotion d’une alimentation saine et durable. Cette démarche inédite d’échanges aura permis de remettre l’ensemble des acteurs autour de la table : producteurs, transformateurs, distributeurs, associations de consommateurs, pouvoirs publics. Elles ont également fait remonter du terrain les solutions innovantes et concrètes. Nous avons remis en main propre au Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation ces propositions.

Nous agissons également pour combattre le changement climatique. Les postures et bonnes intentions ne suffisent plus, il faut agir et prendre des mesures concrètes.  C’est le sens du projet de loi Hulot définitivement adopté le 19 décembre afin de mettre fin à l’exploitation des hydrocarbures en France d’ici 2040 pour lequel j’ai été nommé responsable du texte. La France est le premier pays au monde à prendre cette initiative. Je suis très fière d’avoir participé, en tant que responsable du texte, au nombreux débats ainsi qu’à la conception de ce texte majeur.

Pour toutes les mesures qui arrivent immédiatement, et celles qui viendront plus tard, je tiens à renouveler dans ce message ce que j’ai toujours continué à dire durant la campagne et au cours des mois qui ont suivi : Je ne cesserai d’être à votre écoute, et souhaite adopter une méthode radicalement nouvelle et terriblement efficace, la co-réfléxion.   Je m’efforcerai donc de multiplier les débats, les rencontres, les échanges avec, pour chacun des sujets mis sur la table, la volonté d’interagir avec les acteurs et les citoyens concernés. Ma volonté est bien celle-là : faire remonter les initiatives, les réflexions, les propositions et parfois les difficultés de chacun d’entre vous. Il s’agit là, d’ailleurs, à mon sens, du rôle premier du député qui doit toujours être au service des concitoyens qu’il représente.

Dans cet esprit, j’ai mis en place des permanences tournantes. Dans la plupart des villes et villages de notre circonscription, j’ai installé, le plus généralement le samedi, un bureau auprès duquel chaque lotois est invité à venir échanger, partager et participer à la réfléxion sur de nombreux sujets. Dans cette logique, j’ai mené trois consultations à l’échelle de notre département, sur trois thématiques différentes :

1. Les Assises de la Mobilités 

Lancées en septembre 2017 par Elisabeth Borne, ministre chargée des transports, les Assises nationales de la mobilité se sont déroulées jusqu'en décembre 2017. Cette grande consultation s'est adressée à tous les acteurs du territoire et a permis de préparer la Loi d'orientation des mobilités, présentée au premier semestre 2018. J’ai souhaité mener la consultation auprès des Lotoises et des Lotois. Toutes les idées, les propositions ont été transmises à la Ministre chargée des Transports, Elisabeth Borne.

2. La condition des sapeurs-pompiers professionnels et volontaires

L’amélioration des conditions de travail des sapeurs-pompiers volontaires et professionnels était un engagement de campagne. Mais au-delà des engagements, c’est une nécessité pour ces héros modernes. C’est ainsi, qu’après avoir multiplié les rencontres avec les sapeurs-pompiers du Lot, j’ai remis, au Ministre de l’Intérieur, Monsieur Gérard Collomb, les conclusions ainsi que les propositions issues de la consultation que j’ai menée. Aux termes d’échanges constructifs avec les membres du Ministère, plusieurs pistes de travail ont été identifiées pour promouvoir le volontariat, y compris en milieu rural alors que la durée de l’engagement. Celles-ci portent notamment sur la question de la retrait, de la formation professionnelle ainsi que sur la protection sociale.

3. Le « Droit à l’erreur »

Pour mener à bien notre projet de transformation, le rôle de l’Etat et de ses services est promordial. Ils sont à la fois le miroir des besoins de notre société et le moteur indispensable à sa transformation. Nous voulons passer d’une administration qui sanctionne à une administration qui conseille et qui accompagne en introduisant notamment un « droit à l’erreur ».  

Depuis le mois d’aout, un groupe d’une quinzaine de députés, auquel j’ai été associé, participe de façon étroite aux travaux du gouvernement dans l’élaboration du futur projet de loi. Pour ma part, j’ai travaillé sur la question de l’application du droit à l’erreur pour les TPE / PME, en collaboration étroite avec trois entreprises Lotoises, qui ont, chacune, apporté des éléments et des propositions, elles mêmes qui ont été transmises. 

 

Au sein de l’Assemblée nationale, mais aussi et surtout sur le terrain, en circonscription, je me tiendrai toujours à votre disposition pour échanger et débattre avec vous.

Participation, co-construction de l’action publique.. Je souhaite faire de ces mots, non pas l'un des outils mais "LA" méthode de représentation au cours de mon mandat. Ainsi, je réintère ici que je n'ai cessé de dire pendant la campagne ainsi qu'au cours de ces premiers mois :  vous serez toujours les bienvenus  dans ma permanence située :

 

au 2, rue Caviale, 46100 à FIGEAC

 

Je veux faire de ce lieu un lieu d’échanges et de rencontres. Un lieu où l’on débatte, ensemble, sur les orientations que nous voulons mener au niveau national ainsi qu’à l’échelle du territoire. Un lieu, ou l’on rencontre l’ensemble des acteurs concernés sur un sujet en particulier. Un lieu, enfin, ou l’on construise, sans aucun doute, les solutions d’avenir, durables et efficaces, car elles viendront de vous.

En attendant d’avoir le plaisir de vous y rencontrer, mon équipe composée de Nathalie FIACRE, de Jean-Baptiste JALLET en circonscription, et d’Antoine QUINETTE et Jordan ALLOUCHE (à Paris et moi-même restons à votre disposition.

Très belles fêtes de fin d’année à vous tous !

 

Huguette Tiegna

.

 


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur nos sites, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.