À l'Assemblée Nationale

Le mercredi 7 février dernier, j’étais invité à intervenir lors du premier forum de l’intelligence énergétique, qui s’est tenu à la Maison de la Chimie, à Paris.

Cette première édition était parrainée par Monsieur Sébastien Lecornu, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Transition écologique et Madame Barbara Pompili, Présidente de la Commission du Développement durable et de l’Aménagement du Territoire qui ont tous les deux conclu le forum.

Malgré la neige, près de 250 participants, 10 parlementaires, 15 journalistes ainsi que des dizaines d’entrepreneurs, scientifiques et experts sont venus assister à nos échanges, autour de deux tables rondes. Une première, sur le thème de l’intelligence énergétique et ses conséquences sociétales et économiques pour la France et une seconde, à laquelle j’ai participé, sur le thème de l’intelligence artificielle et de la gestion des données (datas) au service de la transition énergétique.

Le monde de l’énergie a toujours été en transition.

Toutefois la transition énergétique qui est en cours, est radicalement différente. Il ne s’agit plus de passer d’une énergie à l’autre seulement, mais bien d’une technologie à l’autre aussi. En même temps que s’opère une transition énergétique, se met en place une révolution technologique et sociétale.  Ces trois révolutions sont interdépendantes.

La question n’est donc pas tant de savoir si nous sommes « pour » ou « contre », car nous avons besoin des technologies de pointes pour accélérer la transition écologique.  Mais bien de savoir « comment » articuler ces trois dimensions.

Comment favoriser la transition énergétique tout en garantissant la protection des consommateurs ? Comment libérer l’innovation et la création, tout en permettant l’émergence d’écosystèmes et de filières d’excellences stables ?  Comment, enfin, mener une politique de la donnée adaptée aux enjeux actuels tout en se gardant d’une contrainte juridique trop forte?

A ces questions, j’ai apporté ma contribution à la réflexion, notamment, bien entendu, sur les pistes et les leviers d’actions légaux et législatifs.

Il faudra savoir adapter la législation aux nouveaux risques posés par l’intelligence artificielle et la robotique, mais la peur ne doit pas nous paralyser ! Nous devrons toujours veiller à ne pas freiner le développement de ces technologies et accompagner l’innovation (notamment l’innovation dite « de rupture » ou encore le développement de la voiture autonome). Des mesures trop contraignantes auraient pour effet d’augmenter les coûts de commercialisation et de mise en conformité, ou de poser de nouveaux freins légaux à l’innovation et à la rentabilité de ces secteurs d’activité. Un équilibre subtil est à trouver.  C’est le sens, d’ailleurs, de la très récente loi sur la protection des données, que nous avons voté le 13 février dernier, adoptée avec un large consensus (508 voix pour).

En menant une politique publique ambitieuse d’un côté, mais responsable de l’autre, nous engagerons pleinement la transition énergétique. Les nouvelles technologies sont nécessaires à l’émergence de la transition énergétique, tant elles permettent des avancées significatives en matière de gestion et d’amélioration du réseau, d’économie d’énergie et du développement du mix énergétique.

La transition énergétique, c’est aussi faire en sorte que le consommateur soit « acteur » de sa propre consommation. Nous devrons ainsi travailler sur la question de l’acceptabilité tout en favorisant l’émergence de nouveaux de modèles de consommation basée sur l’autoconsommation.  

Nous avons déjà fait un grand pas législatif en votant la fin de l’exploration et de l’exploitation des hydrocarbures en France en fin d’année dernière, et en accélérant l’installation d’éoliennes off-shore (amendement introduits dans le cadre de l’examen du projet de loi pour un Etat au service d’une société de confiance). Nous continuerons dans cette voie très prochainement dans l’accompagnement des entreprises, cette fois, avec la loi PACTE qui vise la transformation de nos entreprises.

Je suis persuadée que ce Forum constituera une première étape et un signal fort et optimiste en faveur du développement harmonieux de l’intelligence énergétique dans notre pays. 

Huguette Tiegna


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur nos sites, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.