Discours

Mes chers amis,

L’année qui vient s’achever était celle de toutes les transformations.

Une transformation politique, d’abord.  Il y a six mois, nous avions promis de faire avancer le pays. Depuis, le paysage polique français s’est  transformé.  L’Assemblée nationale, grâce à vous, a été renouvelée et est désormais plus jeune, deux fois plus paritaire avec des représentants qui viennent, pour moitié, de la société civile, apportant aux débats et aux travaux, l’expertise de leurs expériences professionnelles. Cette transformation s’est accompagnée d’une nouvelle façon de faire de la politique avec de nouvelles règles, et de nouvelles méthodes.

La méthode est simple : la co-construction et la consultation. Pour chacun des sujets mis sur la table nous avons lancé, au niveau national, mais aussi au niveau local, des outils participatifs ou chacun peut s’exprimer. Cela fut le cas, par exemple, pour les "Assises de la mobilité", qui visent à définir la mobilité du futur, ou encore pour le plan d’action pour la croissance et la transformation de nos entreprises (PACTE). A chaque fois, nous avons mené collectivement et individuellement, par déclinaison dans chacun de nos territoires, ici, par exemple, dans le Lot, des moments d’écoute et d’échanges pour faire remonter les initiatives et les bonnes idées. J’ai à titre personnel fait de cette méthode une feuille de route. Je me suis investie sur le sujet des sapeurs pompiers pour garantir aux sapeurs pompiers volontaires et professionnels de meilleures conditions de travail et de retraites. J’ai ainsi mené une consultations auprès des services de pompiers du Lot et j’ai transmis un ensemble de propositions au Ministère de l’intérieur qui feront l’objet d’une évaluation dans le cadre d’une loi qui sera présentée cette année. Ecouter, entendre, et faire remonter les bonnes idées, c’est la seule façon de trouver les bonnes réponses aux problématiques.

La deuxième transformation est économique. Avec un objectif simple: permettre à chacun d'exprimer pleinement ses capacités, qu'il soit salarié ou chef d'entreprise, auto-entrepreneur ou commerçant, appartenant à une profession libérale ou artisan.  Comment ? En réconciliant le capital et le travail que gauche et droite ont passé trente années à opposer, privant pour finir notre pays de l'un et de l'autre. Ainsi, nous avons en 2017 fixé plusieurs objectifs. Premièrement investir dans nos entreprises, en particulier dans nos PME et dans nos entreprises innovantes qui manquent cruellement de capitaux. Deuxièmement, simplifier notre code du travail, devenu aussi incompréhensible aux yeux des salariés que décourageant pour les potentiels employeurs. Troisièmement, en continuant de protéger les salarié, du privé comme du public, en permettant à tous d’accéder aux mêmes droits qui protègent les demandeurs d’emplois, et en favorisant le dialogue social dans l'entreprise.

Troisième et dernière transformation engagée : celle de notre modèle social. Parce que les risques ont changé depuis la création de l'Etat-Providence et qu'il est indispensable de créer des protections nouvelles pour nos concitoyens face aux mutations du monde. Ainsi en est-il de l'assurance-chômage. Si le salariat reste évidemment très majoritaire dans notre pays, il est aberrant de ne pas mieux tenir compte des nouvelles formes de travail qui émergent notamment au travers de l'économie collaborative. Et avec 3,5 millions de personnes sans emploi, le chômage n'est plus un risque qu'il convient d'assurer individuellement. Il a pris une dimension collective et sa couverture doit donc évoluer. C'est tout le sens du basculement des cotisations salariales vers la CSG.

Les progrès de la médecine nous met face à un nouveau défi majeur : la coexistence de quatre générations. C'est un défi sans précédent en termes d'organisation de la vie familiale et de la solidarité intergénérationnelle. Avec 37 régimes ayant leurs règles propres, des modes de calcul différents et un manque de lisibilité généralisé, notre système n'est ni adapté, ni juste, ni compréhensible. Les discussions vont s'engager sur cette importante transformation car la responsabilité de notre génération, c'est de moderniser notre système de retraites par répartition, avec un principe simple et juste: un euro cotisé devra donner les mêmes droits à une pension pour tous. La loi de financement de la sécurité sociale qui a été adoptée marque le renforcement de l'Etat-Providence par un Etat d'investissement social, qui combat les inégalités à la racine et ne se contente plus de les réparer. Il est là, sans doute, l'horizon du nouveau modèle français.

En 2017, nous avons engagé la longue marche vers la grande transformation que notre pays a besoin. Etape par étape, petit à petit, nous changeons notre pays. Bien sur, beaucoup de choses restent à faire, Rome ne s’est pas faite en un jour. Mais nous tenons le cap, et les objectifs sont là. Nous continuerons à travailler dur pour redresser notre pays.

Je suis convaincue, que 2018 sera l’année du travail. Du travail, pour la représentation nationale, d’abord. Nous allons continuer à engager toutes les réformes nécessaires, dans de très nombreux domaines, pour continuer de libérer les énergies, encourager les initiatives, tout en protégeant les plus faibles. L’année du travail, ce sera aussi, l’année du combat contre le chômage. Nous avons déjà changé le fonctionnement du marché du travail pour faciliter l’embauche.  Nous avons pour ambition, cette année, d’investir encore plus dans nos entreprises, des entreprises renouvelées et compétitives, pour qu’elle puissent créer d’emplois.

Grâce au travail déjà effectué et les travaux que nous allons mener dès les premières semaine de cette nouvelle année, 2018 sera aussi celle du pouvoir d’achat. Dès cette année, sera supprimée la taxe d’habitation de façon progressive. Un tiers cette année, un autre l’année prochaine, pour une suppression totale en 2020. Les cotisations chômages et maladies vont être également supprimées pour augmenter le salaire net de tous les salariés. Nous allons augmenter le minimum vieillesse, l’allocation adulte handicapé, ainsi que la prime d’activité. Pour une personne au SMIC, cela représentera un 13ème mois.

2018 sera aussi l’année de l’Egalité. De l’égalité entre les élèves, d’abord. Les premiers mois de notre mandat nous ont conduit à faire en sorte, que, dans toutes les écoles dans les zones défavorisées, il y ait deux fois moins d’élèves en CP, pour que tous les enfants apprennent bien à lire, à écrire et à compter. Par ailleurs, tous les collégiens, ont maintenant la possibilité d’être accompagnés après la classe pour faire leurs devoirs. Objectif : combattre les inégalités.

L’égalité, c’est aussi, l’égalité entre les femmes et les hommes. L’égalité femme-homme est devenue une grande cause nationale en 2017. En 2018, nous poursuivrons les efforts et adopterons des lois qui iront dans ce sens, car il est tout simplement inadmissible qu’une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son conjoint et que 90% des femmes aient déjà été harcelées dans les transports.

L’égalité, c’est également l’égalité entre tous les salariés. Nous avons déjà supprimé le RSI, car il est inacceptable que certains salariés soient mieux protégés que les autres et nous continuerons à faire en sorte que tous les salariés, du privés, comme du public, aient accès aux mêmes droits, mais soient aussi soumis aux mêmes devoirs.

L’égalité, c’est enfin, l’égalité entre les territoires. En décembre dernier, le Premier ministre, l’ensemble de son cabinet mais aussi la plupart des Ministres se sont rendus dans notre département, à l’occasion de la conférence nationale des territoires. Pendant trois jours, le Premier Ministre, ses conseillers et moi même avons multiplié les rencontres, les rendez-vous afin de trouver des solutions viables et durables pour chacun des sujets abordés, que cela soit dans le domaine de l’agriculture, des services publics ou encore de l’accès à la culture.  L'objectif était de bâtir un pacte de confiance entre les pouvoirs locaux et l'État, sur la base d'une organisation souple et intelligente. Ce pacte n’est pas anecdotique mais structurant.

2018 sera enfin l’année de la lutte contre le changement climatique, pour la préservation de notre planète. Pour une raison très simple : nous n’en avons qu’une et il y a urgence à la préserver. Il n’y a de plan B, car il n’y aura pas de planète B. Le président de la République en a fait un sujet prioritaire sur le plan international. Nous avons organisé en décembre dernier le One Planet Summit rassemblant chercheurs, chefs d’entreprises, dirigeants de la plupart des pays et citoyens du monde pour qu’ensemble, nous puissions trouver des solutions viables, durables, et qui soient compatibles avec nos modèles économiques. En 2018 nous poursuivrons à nous engager pour engager la transition écologique et énergétique dont la planète a tant besoin.

Depuis six mois, jour après jour, le Président de la République restaure l’image de la France dans le monde, et défend notre vision du projet européen. Le Gouvernement, le Parlement auquel j’appartiens, transforme le pays avec méthode et cohérence . Pour 2018, nous devons maintenir le cap, ainsi que nos engagements,  pour plus de protection, pour plus de liberté. En 2017, les Français ont exprimé leurs « envie d’y croire » alors qu’ils n’y croyaient plus. Soyons digne de cet espoir suscité par les Français qui se sont exprimés en mai et en juin dernier, soyons à la hauteur de ces millions de talents dans notre pays qui ne demandent qu’à s’exprimer,  soyons fiers de cette France qui se transforme et qui étonne le monde.

A vous toutes et tous, je veux renouveler à l’occasion de ces voeux ce que j’ai toujours dit durant la campagne, et toujours fait au cours des six premiers mois de mon mandat. Je serai toujours à votre écoute et toujours de votre coté. C’est la force de la République en Marche que d’avoir proposé des individus qui, comme moi, n’avait jamais fait de politique auparavant, qui, comme moi, viennent de la société civile. J’étais et je suis restée une citoyenne ordinaire et par conséquent je reste à votre disposition car je suis convaincue d’une chose : comme le dit un vieil adage africain : « Si tu veux aller vite, marche seul mais si tu veux aller loin, marchons ensemble ».

Très belle et heureuse année à vous toutes !

Huguette Tiegna


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur nos sites, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.